Sur mon radar cette semaine

Alain Giguère

Crop à la Une

Nos études publiques

Nos contenus

Notre blogue

Bienvenue sur notre blogue. Ici, nous partageons nos idées et nos sources d’inspiration en toute liberté !

Évolution du climat politique au Québec - Janvier 2016

Catégories: Crop à la Une

Publié le 01-25-16 à 15:09

Début 2016 : les Québécois de meilleure humeur

L’arrivée au pouvoir des Libéraux fédéraux a eu un effet très positif sur l’humeur des Québécois en insufflant un vent d’optimisme. Depuis leur élection, près d’une majorité de Québécois a l’impression que le Québec va dans la bonne direction.

Le PLQ en bonne posture

Ce « sunny ways » se répercute sur la politique provinciale, car un peuple content a moins tendance à vouloir changer de gouvernement et les signaux à l’égard du PLQ sont assez favorables. L’indicateur le plus important à deux ans des élections, soit le taux de satisfaction à l’égard du gouvernement provincial, se situe tout près de 40 %, ce qui est confortable pour les Libéraux.  Après une année 2015 difficile faite de compressions budgétaires et de négociations avec les employés de l’État, le PLQ démarre l’année supporté par sa base électorale.

Le PQ en glissade

Quant à l’opposition officielle, elle a perdu 8 points depuis deux mois et obtient son plus bas score depuis l’arrivée à sa tête de Pierre Karl Péladeau. D’ailleurs, il faut noter que la collecte de données a été réalisée avant les semaines cauchemardesques que le chef du PQ vient de vivre. Depuis quelques jours, M. Péladeau n’arrive plus à exercer sa fonction de chef d’opposition, étant empêtré à défendre ses autres chapeaux, soit son statut d’actionnaire de contrôle de Quebecor et de vedette qui médiatise « sa vie privée» et qui subit des revers amoureux.

La descente du PQ profite à la CAQ et à Québec Solidaire.

Au fédéral : les Libéraux en orbite

Les chiffres des Libéraux de Justin Trudeau sont stratosphériques. Deux Québécois sur trois estiment qu’ils font un bon travail et ils reçoivent l’appui de la moitié des Québécois du côté des intentions de vote.

Le NPD s’est trouvé une base électorale à hauteur de 20 %, ce qui confère un appui pour reconstruire quand la lune de miel avec les Libéraux sera terminée.

Quant au Bloc, à 11 %, il retourne dans la marginalité suite au départ de Gilles Duceppe.

Cliquer ici pour consulter les résultats de l'étude en détail

Par CROP