Sur mon radar cette semaine

Alain Giguère

Crop à la Une

Nos études publiques

Fil RSS

Nos contenus

Notre blogue

Bienvenue sur notre blogue. Ici, nous partageons nos idées et nos sources d’inspiration en toute liberté !

40 % des Canadiens croient que la vie sur terre a été créée en 6 jours (Le préambule idéal pour l’introduction de l’Or du Rhin de Wagner!)

Catégories: Sur mon radar cette semaine

Publié le 02-10-17 à 08:00

Des résultats étonnants

J’ai toujours été fasciné par les promesses et les expectatives qui entourent les nouvelles administrations politiques, particulièrement à Washington. Force est d’admettre que cette année, le programme est hors du commun, on commence en lion! Cependant, malgré toutes les controverses qui marquent les premiers jours de cette nouvelle administration, les « personnalités » qui forment l’équipe de monsieur Trump méritent aussi qu’on leur porte attention. Sans diminuer le rôle de personne, un personnage haut en couleur est certainement le Secrétaire au Logement et au Développement urbain, Ben Carson.

Monsieur Carson est un éminent neurochirurgien à la retraite qui a eu une longue et fructueuse carrière et dont les faits d’armes lui ont mérité les plus hautes distinctions professionnelles. Cependant, sur le plan politique, il arbore un personnage des plus distinctifs. Il s’affiche publiquement comme membre de l’église des Adventistes du septième jour, exprime haut et fort sa croyance à la théorie créationniste voulant que selon la Bible, la vie sur terre a été créée par Dieu en six jours et que les théories du Big Bang et de l’évolution selon Darwin ont été inspirées par Satan!
(Lire notamment : http://www.motherjones.com/politics/2015/09/ben-carson-creationism-six-days).

S’il peut être peu surprenant d’entendre ce genre de prise de position aux États-Unis, il est très étonnant pour nous de réaliser l’ampleur de ces croyances au Canada. En effet un des sondages de notre équipe nous a permis d’observer que 40 % des Canadiens croient davantage à la version de la Bible où Dieu créa la terre et la vie en six jours qu’aux théories évolutionnistes de Darwin et autres! L’ampleur du phénomène m’apparaît tout à fait étonnante : deux personnes sur cinq au pays!

Les résultats par province laissent observer des différences propres aux sous-cultures régionales, le Québec et la Colombie-Britannique étant les moins créationnistes (avec respectivement 36 % et 33 %), alors que les plus fervents quant aux préceptes de la Bible se retrouvent en Atlantique (49 %) et dans les Prairies (55 %). Encore une fois, même les provinces les plus « sceptiques » face au récit de la Bible rejoignent autour d’une personne sur trois dans leurs territoires respectifs!

Sur le plan sociodémographique, les résultats sont un peu moins étonnants. Comme on pourrait s’y attendre, la version de la Bible rejoint davantage d’adeptes chez les gens plus âgés (65 ans et plus), chez ceux vivant dans de petites municipalités ou en régions rurales, chez les moins nantis et chez ceux dont les niveaux d’éducation sont parmi les plus bas au pays.


Cliquez ici pour voir les résultats détaillés

Mais même chez les milléniaux, les plus jeunes âgés de 18 à 34 ans, le point de vue créationniste rejoint une personne sur trois (34 %).

De tels résultats nous laissent certainement pantois! À une époque où le savoir se démocratise plus que jamais, où la connaissance circule de façon accélérée sur toutes les plateformes disponibles, une telle allégeance au récit biblique est plus que surprenante.

Mais je pense sincèrement que nous ferions mieux d’essayer de comprendre les conditions socioéconomiques et socioculturelles qui amènent les gens à exprimer de telles croyances plutôt que de les juger.

L’époque n’est pas facile pour tous. Les défis que les transformations sociales et économiques imposent aux gens sont vécus de façon plus difficile par certains. Une analyse fine des caractéristiques des tenants de la vision biblique de la création laisse observer une grande difficulté à s’adapter à la vie actuelle, à ses incertitudes et à ses risques. Ces individus se sentent dépassés par le monde dans lequel on vit. Ils y perçoivent des menaces personnelles, ainsi qu’une perte de repères.

Ils sont donc très sensibles aux mythes fondateurs de notre civilisation judéo-chrétienne comme rempart de sens face à l’époque trouble à laquelle ils ont à faire face.

De plus, une des caractéristiques les plus marquées de ces fervents de la création biblique est leur grande valorisation de l’autorité traditionnelle des institutions et des leaders. Devant le trouble de l’époque, ils espèrent des leaders forts, autoritaires, pouvant selon eux « redresser » la situation. Ils seraient très sensibles à tout discours politique populiste s’adressant à eux comme des laissés-pour-compte face aux institutions politiques actuelles. D’où l’introduction de ce texte sur la nouvelle administration américaine qui s’est fait élire avec une plateforme électorale populiste. Le Canada tout comme le Québec ne sont pas à l’abri de telles tendances politiques.


Cliquer ici pour consulter le profil des valeurs)

Un appel à la solidarité

Je crois sincèrement que des ponts devront être faits avec ces populations en difficulté d’adaptation. Une revalorisation de la démocratie et de nos institutions se doit d’être à l’ordre du jour de tous acteurs sociaux pouvant y contribuer. Une vision et des stratégies plus inclusives visant tous les citoyens, et particulièrement ceux qui se sentent laissés-pour-compte face aux perturbations économiques et technologiques actuelles, doivent être à l’agenda de toutes les institutions publiques au pays, comme des initiatives de responsabilité sociale des entreprises. Sinon, quelques soubresauts politiques seront sûrement à prévoir!

La création de l’univers en introduction à l’Or du Rhin de Richard Wagner

Afin d’illustrer ce thème de l’origine de l’univers, du monde et de la vie, quoi de mieux que l’introduction de l’Or du Rhin de Wagner, laquelle constitue en fait l’introduction de sa Tétralogie de l’Anneau du Nibelung.

Cette introduction orchestrale du premier opéra du Ring (l’Anneau du Nibelung) exprime effectivement la naissance de l’univers. D’un premier murmure dans le vide d’avant la création, un accord de mi bémol majeur en sourdine et le monde, la vie vont s’élever, l’orchestre, la musique se déploient avec puissance afin de célébrer l’arrivée du vivant.

L’extrait vidéo que je vous ai choisi provient d’une production de l’opéra de Valence en Espagne. On y a monté le Ring comme un film de science-fiction, projetant l’action dans une galaxie lointaine. Comme vous pourrez le remarquer, afin d’illustrer l’idée du néant d’avant la création, le chef, Zubin Mehta, dirige le début orchestral dans la noirceur avec une lampe de poche de teinte rouge!

Enfin, vous trouverez peut-être que cinq minutes, c’est un peu long pour un extrait vidéo sur un blogue, mais c’est absolument magnifique et c’est quand même la création de l’univers. Dieu, lui, avait pris six jours!

Wagner: Das Rheingold, Zubin Mehta, La Fura dels Baus, Valence, 2007, Unitel Classica.